Notre vision

Une université à rayonnement international, porteuse d’innovation pédagogique, solidairement engagée auprès des familles et garante de diplômes conduisant à l’emploi.
2000 étudiants sur le campus
12000 m2 dédiés à l'enseignement
13 millions d’euros d’investissement

3millions d’euros
de levée de fonds citoyenne en 2019

Nos ambitions

DÉVELOPPER

En garantissant des conditions d'études favorables et des parcours adaptés aux demandes du marché.

INNOVER

Avec un système inclusif qui permet la proximité des étudiants et des entreprises à travers un centre de convergence.

OUVRIR

En s'engageant auprès des familles par un partage solidaire des coûts et en travaillant sur le rayonnement international.

Actualités

Trois questions à... Hélène TEBIB, enseignante de négociations commerciales à l'UFAR
23/04/2019

Trois questions à... Hélène TEBIB, enseignante de négociations commerciales à l'UFAR

L'Université française en Arménie entame une série d'interviews "flashs" Trois questions à...

 

A travers 3 questions choisies dans une liste proposée, nous essayerons de mieux connaître les enseignants, étudiants, partenaires et personnel, de découvrir des faits intéressants sur leur perception de la vie étudiante, de l'Arménie et sur leur parcours professionnel.

Schneider Electric devient le partenaire officiel de l'UFAR
20/04/2019

Schneider Electric devient le partenaire officiel de l'UFAR

Le 15 avril, au Sommet de l'Innovation à Moscou, Schneider Electric et L'Université française en Arménie ont signé un accord de coopération sur le développement de la composante professionnelle des programmes éducatifs de l'UFAR avec, par exemple, des stages étudiants dans les entreprises, ainsi que le développement du nouveau campus de l'UFAR. Schneider Electric devient ainsi un partenaire officiel pour les solutions innovantes dans la construction du campus UFAR20+.

 

L'accord a été signé par le recteur de l'UFAR, le professeur Jean-Marc Lavest, et le vice-président chargé de la stratégie, des innovations et du développement régional de Schneider Electric en Russie et dans les pays de la CEI, Monsieur Armen Badalov.

 

Une matinée d’échanges et discussions, pour clore la conférence « Sciences des données, sciences des sociétés »
15/04/2019

Une matinée d’échanges et discussions, pour clore la conférence « Sciences des données, sciences des sociétés »

Animée par le recteur de l’UFAR, prof. Jean-Marc Lavest, en présence de M. Pierre-Henri Cros, Chargé de la prospection scientifique et des partenariats à l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, M. Hrachya Astratryan, Directeur de l’Institut d’Informatique et des Problèmes d’Automatisation à l’Académie nationale des Sciences de la République d’Arménie, M. Gevorg Margarov, Professeur à l’Université Polytechnique d’Erevan autour de la table, et Monsieur Michel Daydé, Délégué scientifique au CNRS, Directeur de l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse et M. Yuri Shoukourian, vice-président de l’Académie des Sciences de l’Arménie dans la salle, cette matinée a été le temps d’un débat et des questions-réponses entre la salle et les rapporteurs.

Le recteur a ouvert la discussion sur les transformations structurelles et les peurs que génère l’intelligence artificielle, en se tournant vers les jeunes étudiants de la faculté d’informatique et mathématiques appliquées de l’UFAR. Ces derniers ont soulevé l’importance des enjeux sociétaux du développement de l’intelligence artificielle et sa bonne utilisation appliquée au contexte arménien. A leur questionnement sur la substitution de l’humain et l’impact sur l’économie, Pierre-Henri Cros et Gevorg Margarov ont démontré la face inverse de la question : c’est le manque de l’humain dans le travail et le besoin qui nous a menés vers le développement de l’Intelligence artificielle. Les enjeux les plus importants, paraît-il, sont actuellement liés à l’élaboration et l’utilisation des données et la cybersécurité.