Immersion dans la gestion de projet software : les ufariens travaillent sur une vraie commande dès leur premier cours à TUMO

05/03/2019

En 2018, l’UFAR a ouvert sa filière d’Informatique et de mathématiques appliquées, en partenariat avec l’Université Paul Sabatier Toulouse 3 et l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT). L’ouverture de ce cursus se trouve au cœur de la coopération UFAR-TUMO et représente un des déclencheurs du projet UFAR20+ : la relocalisation de l’UFAR vers son nouveau campus commence avec la filière IMA, dont les étudiants suivent dès cette année des cours dans les locaux de TUMO.

 

Aujourd’hui, c’est le premier cours du module gestion de projet à TUMO, et les 8 étudiants sont là pour apprendre à mener un projet informatique de A à Z : de la documentation du projet et rédaction du cahier des charges jusqu’à la réalisation pratique, et tout cela, sur des commandes réelles. Comme le note Kristina Sargsyan, coordinatrice des relations avec les entreprises NTIC et facilitatrice des modules entrepreneuriat à l’UFAR, « La formation dans la filière IMA est très orientée projet, les étudiants vont dès cette année participer à la réalisation de projets complexes en partenariat avec TUMO. Dès le début, ils travaillent sur des projets réels, des commandes de startup ou de grandes entreprises. La formation est organisée d’une telle façon que l’étudiant touche à tous les aspects de la gestion de projet. A la fin de chaque semestre, le produit est présentable, ce qui correspond à l’approche de gestion de projet de la Sillicon Valley ».

 

En première année les ateliers gestion de projet durent une matinée par semaine pendant huit semaines pour un total de 24h. Au fur et à mesure des années, le nombre d’heures augmente pour atteindre 50h par semestre les troisième et quatrième années.

 

Ce matin, les étudiants forment des équipes, se répartissent les tâches et commencent à travailler comme dans un vrai job. « Pour nous c’est un cours hors standards, c’est le premier jour à TUMO, et le temps d’une matinée nous arrivons à apprendre beaucoup de choses, par exemple aujourd’hui nous travaillons sur les plateformes d’apprentissage en ligne », dit Sargis.

 

Hrant complète : « Le côté positif est que nous apprenons les choses en les faisant directement. C’est tout dans la pratique. Ce matin nous faisons une étude de marché pour notre projet et concrétisons les données trouvées selon les critères proposés ».

 

« L’ambiance de TUMO est motivant », affirment tous les étudiants, « il y a moins de bruit, les conditions sont meilleures ». Pour Albina qui veut être data scientist plus tard, la coopération avec TUMO a été un point important dans le choix de la faculté : « J’avais participé aux portes ouvertes de l’UFAR l’année dernière, j’avais une idée sur la qualité de formation à l’UFAR et les pratiques novatrices de TUMO, pour moi cette coopération était le meilleur choix à faire. »   

 

Comme nous le révèle Kristina, le projet sur lequel les étudiants vont travailler cette année, est une commande de TUMO-même. Le projet nous est très familier, c’est celui du Convergence center. « C’est un projet vaste et engageant. Les étudiants travaillent sur un projet qui va leur servir à eux plus tard, cela devrait les motiver encore plus. En mai, ils doivent déjà présenter des solutions qui seront retravaillées plus tard par les spécialistes de TUMO ».

 

Rappelons que le projet du Convergence center est une initiative commune de TUMO et UFAR et représente un écosystème collaboratif, où se rencontrent les étudiants, les startups, l’industrie (découvrir le projet dans le business plan UFAR 20+).